Film

Halodhia choraye baodhan khai

Film

Halodhia choraye baodhan khai

Rakeswar est un petit paysan qui vit très modestement du produit de son lopin de terre. Il fait confiance aux autorités, aux notables, de sa région, comme le gros propriétaire qui est son voisin. Il espère, pour lui ce serait une formidable consécration, que son fils devienne fonctionnaire après l'école. Mais tout bascule, le gros propriétaire lui réclame une hypothèque que le père de Rakeswar avait contracté. Cet emprunt avait été remboursé, mais il n'existe au cune preuve: la confiance suffisait. Pour Rakeswar, qui veut faire valoir ses droits, commence un chemin de croix: il se heurte à la corruption (de l'administration), au cynisme (du riche propriétaire), il fait connaissance avec la véritable misère, enfin. Tout son maigre bien passera en pots de vin auprès de fonctionnaires qui ne pensent qu'à le pressurer. Son fils devra quitter l'école et travailler, lui enlevant tout espoir pour l'avenir. Lui-même devra coller des affiches électorales pour son spoliateur. Une chose ne lui sera pas enlevée: sa dignité d'homme, sa voix. «... J'aimerais que le paysan qui regarde ce film puisse s'identifier au personnage principal. Si cette identification ne peut avoir lieu, alors à quoi bon choisir ce sujet? J'essaie de saisir le problème dans sa totalité. J'espère que le spectateur porte sur le problème le même regard que le paysan. Une approche plus complexe permet la fuite. Mais lorsqu'on présente une situation de façon simple, il n'y a pas d'échappatoire, on ne peut décevoir le public.» (Jahnu Barua)

L'histoire de Rakeshwar n'est pas nouvelle. C'est toujours la même histoire, indéfiniment recommencée, de l'exploitation du pauvre par le riche, de la corruption, de la bureaucratie, de la dignité du pauvre, sans cesse bafouée. Ce qui est nouveau, c'est sans doute l'art de la narration. La forme choisie confère au film une dimension politique certaine. Les droits de l'individu y sont défendus contre une loi qui s'appuie non pas sur la confiance mutuelle mais sur des données nues et sèches et néglige les facteurs humains. Le film a une dimension politique aussi en ce sens qu'il souligne la nécessité pour le paysan de posséder sa terre s'il veut survivre.

«Authenticité, simplicité» sont les deux maître-mots pour qualifier le film de Janhu Barua. Il n'y a aucune fioriture dans ce film: chaque geste, chaque image est une étape nécessaire au déroulement de l'histoire. Les premières séquences, presque idylliques du bonheur de cette famille, pauvre mais pas misérable, accentuent le déroulement inique, mais combien logique, de cette tragédie effectivement simple. Une histoire qui étonne par son universalité: l'expropriation, la spoliation, cela n'arrive pas qu'en Inde! Authenticité aussi, avec cette mise en scène efficace, qui nous fait pénétrer dans cette famille assamaise.

Google+ Facebook Twitter Email

Fiche technique

Titre original Halodhia choraye baodhan khai
Titre allemand Die gelben Vögel
Titre français Les oiseaux jaunes
Autres titres The Yellow Birds
Réalisation Jahnu Barua
Pays Inde
Formats 35mm
Scénario Jahnu Barua
Montage Heu-en Barua
Musique Sarya Barua
Image Anoop Jotwani
Production Indien (Assam); Saildadhar Baura und Jahnu Barua, Bombay
Durée 120 Min.
Langue assam/d/f

Acteurs

Indra Bania
Purinam Pathak
Pranjol Saikai
Hemen Chodhury
Badal Das

Fiche technique

Titre original Halodhia choraye baodhan khai
Titre allemand Die gelben Vögel
Titre français Les oiseaux jaunes
Autres titres The Yellow Birds
Réalisation Jahnu Barua
Pays Inde
Formats 35mm
Scénario Jahnu Barua
Montage Heu-en Barua
Musique Sarya Barua
Image Anoop Jotwani
Production Indien (Assam); Saildadhar Baura und Jahnu Barua, Bombay
Durée 120 Min.
Langue assam/d/f

Acteurs

Indra Bania
Purinam Pathak
Pranjol Saikai
Hemen Chodhury
Badal Das

Suivez-nous sur facebook
Photo:
Halodhia choraye baodhan khai