Film

La teta asustada

Cinéma en Ligne Commander le DVD
Film

La teta asustada

Claudia LlosaPérou – 2009

A la mort de sa mère, la jeune et belle Fausta se retrouve seule pour affronter les peurs qui lui ont été léguées d’un passé de guerre civile dans les Andes, théâtre d’une lutte sanguinaire de l’armée et la police péruviennes contre la guérilla du Sentier lumineux. Pour répondre au vœu de sa mère d’être enterrée dans son village, Fausta doit trouver rapidement de l’argent permettant de payer le voyage et le cercueil car son oncle ne veut pas d’un cadavre dans la maison au moment des noces de sa propre fille sur le point de se marier. Après le succès de son premier film, Madeinusa, la jeune réalisatrice péruvienne Claudia Llosa reprend les éléments fantastiques de croyances populaires
pour nous livrer une parabole émouvante par la modestie apparente d’une mise en scène, pourtant toute en finesse, qui lui valut l’Ours d’Or de la 59e Berlinale.

********************

Les indiens sont toujours là
Claudia Llosa a su trouver le ton juste, dans une mise en scène foisonnante de trouvail-les, qui ne cessent de nous surprendre tout au long des 100 minutes que dure son film. En refusant de sombrer dans un pathétique convenu, la réalisatrice joue, au contraire, sur les oppositions de caractères ou le regard décalé. Elle ne lâche rien pourtant sur l’âpreté des situations, sur la tragédie vécue par la jeune héroïne, sur la dureté des rapports sociaux et de la vie de ces laissés pour compte de la société péruvienne. Car ce film reflète bien ce qu’est le Pérou d’aujourd’hui, où une riche minorité continue d’accaparer, où les Indiens sont toujours méprisés et exploités, au mieux oubliés.

Et pourtant, ce deuxième film, qui est un miracle d’équilibres audacieux, va bien au-delà de la simple dénonciation sociale. Les échappées scénaristiques y prennent, à chaque fois, le spectateur à contre-pied, naviguant sur la poésie des émotions, jouant du physique de ses personnages – en particulier d’une Magaly Solier imposante dans sa façon d’exprimer, ou plutôt de réprimer, les états d’âmes de Fausta. A l’image de sa façon de chantonner, psalmodier, la chanson que lui a apprise sa mère, d’une voix rauque, rugueuse, dont la mélodie faussement monotone finit par vous prendre aux tripes.

Paradoxalement, ce drame, avant tout intérieur, nous paraît ainsi très « physique ». Un sentiment encore accentué par des dialogues presque monosyllabiques, qui prennent parfois la forme de coups de poing, pour rappeler les personnages à leur réalité. Bref, La teta asustada est une véritable œuvre de cinéma dont le souffle nous remue et nous interpelle et dont le style effronté ne peut qu’enchanter le cinéphile.
Martial Knaebel

Google+ Facebook Twitter Email

Articles sur le film

25 ans pour les films du Sud et de l'Est

Octobre: le Cityclub de Pully célèbre les 25 ans de trigon-film

Suite

Fiche technique

Titre original La teta asustada
Titre allemand La teta asustada - Eine Perle Ewigkeit
Titre français The Milk of Sorrow
Autres titres Il canto di Paloma
Réalisation Claudia Llosa
Pays Pérou
Formats 35mm, DVD, Blu-ray
Scénario Claudia Llosa
Montage Frank Gutierrez
Musique Selma Mutal
Image Natasha Braier
Son Edgard Lostanau
Equipment Susana Torres, Patricia Bueno
Costumes Ana Villanueva
Production Oberon Cinematográfica, Wanda Vision
Durée 98 Min.
Langue Spanisch, Quechua/d/f

Acteurs

Magaly Solier Fausta
Marino Ballón Onkel Lucido
Susi Sánchez Aida
Efraín Solís Noe
Bárbara Lazón Perpétua
Karla Heredia Severina
Delci Heredia Tante Carmela
Anita Chaquiri Grossmutter
Fernando Caycho Melvin
Leandro Mostorino Jonny
Summy Lapa Chicho
María del Pilar Guerrero Máxima

Distinctions

Goldener Bär, Berlinale 2009

Oscar-Nomination 2010

Preis der Internationalen Filmkritik, Berlin 2009

Mayahuel Award am Festival des Lateinamerikanischen Films

Beste Schauspielerin, bester Film

Critiques

«Highlight: Formal und inhaltlich stärkster Film der Berlinale, «La teta asustada» (Die Milch des Leids) der Peruanerin Claudia Llosa. Die traumatisierte Tochter eines Vergewaltigungsopfers aus der Zeit des Terrors lernt in dem bild- und metaphernstarken Film, ihr Leben zu akzeptieren. Indem sie besingt, wovon man nicht reden kann.» Martin Walder, NZZ am Sonntag


«Der diesjährige Gewinnerfilm der Berlinale ist wegweisendes Kino mit einer fremdartig-surrealen Handschrift.» Michael Sennhauser, Radio DRS


«La teta asustada zeigt die hohe Kunst des weiblichen Filmschaffens.» ARTE


«La teta asustada constitue le haut niveau du cinéma d’auteur au féminin. » ARTE


«D’une chanson à l’autre et d’une trouvaille visuelle à l’autre, Claudia Llosa imprime durablement la mémoire, si rarement ravie, au cinéma, de tant de beautés.»  Le Temps


«Une œuvre à la fois politique et poétique, une méditation laconique mais pleine d’émotion sur l’histoire d’un pays qui se remet lentement de ses blessures. Un film à la fois superbe et déroutant.» Ciné-Feuilles


«Une cinéaste douée d’un sens de l’image exceptionnel, conteuse d’un pays qui revient régulièrement à la une de l’actualité par sa violence exacerbée.» Rémy Dewarrat, Le Courrier/La Liberté

(...) Suite

Articles sur le film

25 ans pour les films du Sud et de l'Est

Octobre: le Cityclub de Pully célèbre les 25 ans de trigon-film

Suite

Fiche technique

Titre original La teta asustada
Titre allemand La teta asustada - Eine Perle Ewigkeit
Titre français The Milk of Sorrow
Autres titres Il canto di Paloma
Réalisation Claudia Llosa
Pays Pérou
Formats 35mm, DVD, Blu-ray
Scénario Claudia Llosa
Montage Frank Gutierrez
Musique Selma Mutal
Image Natasha Braier
Son Edgard Lostanau
Equipment Susana Torres, Patricia Bueno
Costumes Ana Villanueva
Production Oberon Cinematográfica, Wanda Vision
Durée 98 Min.
Langue Spanisch, Quechua/d/f

Acteurs

Magaly Solier Fausta
Marino Ballón Onkel Lucido
Susi Sánchez Aida
Efraín Solís Noe
Bárbara Lazón Perpétua
Karla Heredia Severina
Delci Heredia Tante Carmela
Anita Chaquiri Grossmutter
Fernando Caycho Melvin
Leandro Mostorino Jonny
Summy Lapa Chicho
María del Pilar Guerrero Máxima

Distinctions

Goldener Bär, Berlinale 2009

Oscar-Nomination 2010

Preis der Internationalen Filmkritik, Berlin 2009

Mayahuel Award am Festival des Lateinamerikanischen Films

Beste Schauspielerin, bester Film

Critiques

«Highlight: Formal und inhaltlich stärkster Film der Berlinale, «La teta asustada» (Die Milch des Leids) der Peruanerin Claudia Llosa. Die traumatisierte Tochter eines Vergewaltigungsopfers aus der Zeit des Terrors lernt in dem bild- und metaphernstarken Film, ihr Leben zu akzeptieren. Indem sie besingt, wovon man nicht reden kann.» Martin Walder, NZZ am Sonntag


«Der diesjährige Gewinnerfilm der Berlinale ist wegweisendes Kino mit einer fremdartig-surrealen Handschrift.» Michael Sennhauser, Radio DRS


«La teta asustada zeigt die hohe Kunst des weiblichen Filmschaffens.» ARTE


«La teta asustada constitue le haut niveau du cinéma d’auteur au féminin. » ARTE


«D’une chanson à l’autre et d’une trouvaille visuelle à l’autre, Claudia Llosa imprime durablement la mémoire, si rarement ravie, au cinéma, de tant de beautés.»  Le Temps


«Une œuvre à la fois politique et poétique, une méditation laconique mais pleine d’émotion sur l’histoire d’un pays qui se remet lentement de ses blessures. Un film à la fois superbe et déroutant.» Ciné-Feuilles


«Une cinéaste douée d’un sens de l’image exceptionnel, conteuse d’un pays qui revient régulièrement à la une de l’actualité par sa violence exacerbée.» Rémy Dewarrat, Le Courrier/La Liberté

(...) Suite

Rester au courant

trigon-film Newsletter: Informations, films, dvd, concours

   

trigon-film

Depuis 1988, l’engagement de trigon-film, pour la diffusion en Suisse d’oeuvres de qualité du Sud et de l’Est, est reconnu et largement apprécié dans le monde du cinéma. L’association de soutien a ouvert le chemin en 1986 et la Fondation l’a suivie en 1988. trigon-film a depuis distribué dans les salles et rendu accessibles plus de 500 films en salle et sur DVD. Plus d'informations