No te mueras sin decirme adónde vas

Film

No te mueras sin decirme adónde vas

Eliseo SubielaArgentine – 1995

En 1885 dans le New Jersey: William pleure la mort de sa femme Rachel. En tant qu'assistant de Thomas Edison il réfléchit à son invention, l'origine même du projecteur de cinéma actuel. Il s'endort et commence à rêver. Leopoldo, un projectionniste de cinéma d'aujourd'hui à Buenos Aires, est au centre de son rêve. Lui aussi est un inventeur, plutôt par pur besoin de défier la routine. Le rêve de William devient l'histoire du film, que nous raconte le plus grand voyageur de l'imaginaire d'Argentine, Eliseo Subiela: un voyage poétique aux limites de la réalité et d'un monde fantastique.

Accompagné par son ami, Oscar, Leopoldo conçoit une machine qui retranscrit les rêves. Il parvient à reconnaître vaguement une femme d'une beauté éclatante, vêtue comme au siècle passé. C'est justement la femme dont William pleure la mort dans son rêve, en 1885: Rachel. Mais Leopoldo ne peut pas encore se douter, lui, qui éprouve un amour nostalgique indéfini, qu'il va redecouvrir un jour cette femme de ses rêves, dans la salle du cinéma vide, après que les lumières se soient éteintes. Elle se présente sous le nom de Rachel et l'appelle William. Elle lui déclare qu'ils n'ont jamais cessé de s'aimer, au-delà du temps, dans plusieurs vies différentes. Dès ce moment-là, Leopoldo vit dans deux mondes: d'une part avec Rachel, que lui seul - tout comme nous au cinéma - peut voir et entendre; d'autre part dans son quotidien, dans sa vie de couple et son entourage, où son comportement et ses discours demeurent énigmatiques. Rachel, âme en migration, est d'un savoir illimité sur la vie, la mort et l'amour. Mais elle appréhende son retour dans ce monde par peur des souffrances liées à la vie. Leopoldo, quant à lui, redoute l'empire des morts.

Leopoldo a encore beaucoup à apprendre. Rachel devient son guide spirituel dans une nouvelle dimension d'amour et d'existence. Cette dimension permet à Lepoldo d'entrer en contact avec des morts - ses parents, son ami. Comment se concluera ce voyage surréaliste? Rachel et Leopold pourront-ils se retrouver aussi physiquement dans le même temps? Leopoldo doit-il, pour cela, passer par la mort, ou Rachel obligée de renaître? Ce sont quelques-unes des questions que pose le film poétique de Subiela, à propos de la victoire de l'amour sur la mort. Questions éclairées avec subtilité, profondeur et virtuosité. Autant de facettes passionnantes et surprenantes, avec bien sûr, l'humour propre à Eliseo Subiela.

La vie - un rêve? Cette question classique se pose également dans le dernier film d'Eliseo Subiela, qui n'arrête pas de lier amour et nostalgie, mais cette fois dans l'une des plus belles, des plus profondes et touchantes réflexions sur l'essence du cinéma et du monde des rêves. Subiela nous guide à travers un labrinthe magique, oû nous nous rencontrons nous-mêmes. L'invention d'Oscar, elle, se trouve à l'opposé de ce monde et de Rachel: Carlos, le robot est un corps tangible, mais limité d'une façon presque tragique dans ses mouvements programmés. L'amour de Subiela, même lorsqu'il s'appelle nostalgie, est destiné à tous les personnages de ce film ultra-sensible: un regard empreint d'une douce et chaleureuse sympathie. Et c'est là que se referme le cercle, qui devient, même pour nous au cinéma, un rêve de réalité (ou qui devient la réalité de nos rêves): vivre, c'est aimer. L'amour, c'est la vie. Bien au-delà de la mort. Donc, ne meurs pas sans me dire où tu vas.

Articles sur le film: Décès d'Eliseo Subiela

Le cinéaste argentin est décédé à 72 ans.

Suite

Titre original No te mueras sin decirme adónde vas
Titre allemand Stirb nicht, ohne mir zu sagen wohin du gehst
Titre français Ne meurs pas sans me dire où tu vas
Autres titres Don't Die Without Telling Me Where You're Going
Réalisation Eliseo Subiela
Pays Argentine
Formats 35mm, DVD, DCP
Scénario Eliseo Subiela
Montage Marcela Saenz
Musique Pedro Aznar
Image Hugo Colace
Son Carlos Abbate
Production Artear Argentina, Instituto Nacional de Cine y Artes visuales
Durée 130 Min.
Langue Spanisch/d/f
Acteurs
Mariana Arias Rachel
Darío Grandinetti Leopoldo
Oscar Martinez Oscar
Mónica Galán Susana
Tincho Zabála Don Mario
Leonardo Sbaraglia Pablo
James Murray William
Manuel Cruz Leopoldos Vater
© COPYRIGHT

Les textes ainsi que tout le matériel visuel et sonore fourni sur le site de la fondation trigon-film sont destinés à la rédaction d'articles promotionnels sur les films respectifs. Le matériel est mis gracieusement à disposition à des fins de rédaction d'articles promotionnels sur les différents films. Tout autre usage est défendu en vertu des dispositions sur le copyright et n'est pas possible sans accord écrit par trigon-film. Le partage - contre rémunération ou non - du matériel avec des tierces personnes est interdit. Le copyright © trigon-film.org est obligatoire. En utilisant notre matériel, vous acceptez les conditions relatives au copyright.

Shop

  • Ne meurs pas sans me dire où tu vas - No te mueras sin decirme adonde vas DVD

    Ne meurs pas sans me dire où...
    CHF 21.00 / EUR 19.00

    Commander