TRAILER

Magistrat subalterne de la couronne d’Espagne, Don Diego de Zama exerce sa fonction dans une colonie lointaine d’Amérique latine. Chaque année, il espère une mutation qui le rapprocherait de sa famille. Mais cet ordre ne vient pas. La réalisatrice argentine Lucrecia Martel revient avec une adaptation d’un chef-d’œuvre éponyme de la littérature latino-américaine.

Il n’y a pas de véritable linéarité dans le récit de Lucrecia Martel, mais une succession de scènes décrivant le héros Don Diego de Zama servant le roi d’Espagne sans grande célérité, ni avec beaucoup de compétence. Ses journées, il les passe surtout à épier les femmes autour de lui, qu’elles soient esclaves ou comtesse. Il les fixe, espérant un regard en retour qui ne vient jamais, ou alors il n’est qu’ironique, comme celui de la comtesse espagnole, ou même méprisant venant des jeunes esclaves qui se moquent de lui. Les gouverneurs se succèdent, mais l’édit royal tant espéré, annonçant son transfert, n’arrive toujours pas. De guerre lasse, Zama se porte volontaire pour partir à la chasse du brigand Vicuña Porto. Film d’époque, Zama ne doit pas être vu comme un film historique. Lucrecia Martel le reconnaît volontiers: elle a pris des libertés avec l’Histoire. Sans aucun remords, car celle-ci fut écrite par des mâles blancs déniant toute qualité aux autochtones... et aux femmes. Cela étant, la réalisatrice crée un monde dystopique qui reflète pourtant bien l’atmosphère des colonies espagnoles d’Amérique latine au XVIIIe siècle, où les hommes peinent à conserver leur identité d’Européens qui reste leur dernière fierté, quand tout le reste n’est que déchéance. Zama est une symphonie picturale phénoménale mise en image par le chef opérateur portugais Rui Poças qui fait de chaque scène un tableau avec ses choix de couleurs tourmentées, de cadres saisissant gestes et regards avec une proximité sidérante. La bande son est habitée par le même esprit fantasmagorique, trouvant des tonalités lancinantes et des bruitages mystérieux. Zama demande à se laisser emporter, une fois cela accepté par le spectateur, l’expérience est inoubliable.
Martial Knaebel

Articles sur le film: ZAMA récompensé

Le film ZAMA de Lucrecia Martel a reçu à Bâle l'Anneau Bildrausch der Filmkunst.

Suite

Titre original Zama
Titre allemand Zama
Titre français Zama
Autres titres Zama
Réalisation Lucrecia Martel
Pays Argentine
Formats Blu-ray, DCP
Scénario Lucrecia Martel
Montage M. Schverdfinger, K. Harley
Musique Guido Berenblum
Image Rui Poças
Son Guido Berenblum, Emmanuel Croset
Costumes Julio Suárez
Production Benjamin Domenech, Santiago Gallelli, Matías Roveda, Vania Catani
Durée 115 Min.
Langue Spanisch/d/f oder i
Acteurs
Daniel Giménez Cacho Zama
Lola Dueñas Luciana Piñares de Luenga
Matheus Nachtergaele Vicuña Porto
Juan Minujín Ventura Prieto
Distinctions

Festival de La Habana: meilleure réalisation, meilleur son, meilleure direction artistique

Cóndor de Plata 2018, Association des critiques de cinéma argentins: Prix de la meilleure photographie pour Rui Poças

Premios Fenix 2018: meilleure direction artistique, meilleure image, meilleur montage, meilleur son

«Ein Drama von Stillstand und Wahnsinn, in bestechender Form adaptiert.» Züritipp


«Die Sumpflandpanoramen am Ende sind eine Wucht, so wie überhaupt die ganze Gestaltung von Bild, Off-Raum und Tonspur. Man will hier nicht mehr weg, weil man sie lieben gelernt hat: diese vielfältig sonderbare, wunderbar andere Welt von Lucrecia Martel.» Pascal Blum, Tages-Anzeiger


«Das faszinierende Porträt des spanischen Kolonialismus verbindet hypnotisch schöne Landschaftsbilder mit dem absurden Witz von Kafka und Beckett.» Hannes Nüsseler, Tageswoche


«Ein irrwitziges Porträt des spanischen Kolonialismus, das mit zum Teil hypnotischen Bildern vom Scheitern des Don Diego de Zama erzählt. Ein sehenswerter, visuell beeindruckender Film.» Julian Gerber, cineman


«Ein optisches und akustisches Meisterwerk, bei dem sich superbe Kamera und hervorragendes Sound-Design in idealer Weise ergänzen.» Geri Krebs, NZZ


«Génial, sidérant.» Libération


«Une merveille étrange et sensuelle.» The Guardian


«Cauchemar colonial formellement passionnant.» Variety


«Une aventure surréaliste qui parvient à questionner le colonialisme et le rapport de classes de la plus étonnante des façons.» filmdeculte


«Une invitation pour les sens.» Clarín


«Éblouissant.» Pagina/12


«Le film rend justice à l'impulsion expérimentale de l'écriture de Di Benedetto: un croisement entre l'angoisse de Kafka, l'absurdité de Beckett et le subjectivisme de Faulkner.» Fotogramas


«Film merveilleux, fascinant, et singulièrement déroutant.» Ciné-Feuilles

Interview: Lucrecia Martel. By José Teodoro on September 26, 2017. In: Film Comment


The Crazed Euphoria of Lucrecia Martel’s ‚Zama‘. By Esther Allen. In: The New York Review of Books

Interview: Lucrecia Martel on the Making of Zama. By Peter Goldberg on April 11, 2018.In: Slant Magazine

Dossier_Medien (1604 kB)

Dossier_presse (340 kB)

Flyer_D (1055 kB)

Flyer_F (1434 kB)

Inserat_color (2912 kB)

Inserat_color_klein (1003 kB)

Inserat_sw (2050 kB)

© COPYRIGHT

Les textes ainsi que tout le matériel visuel et sonore fourni sur le site de la fondation trigon-film sont destinés à la rédaction d'articles promotionnels sur les films respectifs. Le matériel est mis gracieusement à disposition à des fins de rédaction d'articles promotionnels sur les différents films. Tout autre usage est défendu en vertu des dispositions sur le copyright et n'est pas possible sans accord écrit par trigon-film. Le partage - contre rémunération ou non - du matériel avec des tierces personnes est interdit. Le copyright © trigon-film.org est obligatoire. En utilisant notre matériel, vous acceptez les conditions relatives au copyright.