Umoregi - La forêt oubliée

Movie

Umoregi - La forêt oubliée

Kohei OGURIJapan – 2005

The action takes place in a small town near the mountains. The heroine, MACHI, is a high school student, who has yet to find her direction in life. One day, she and her friends start making up a story, which they decide to continue as a kind of relay. One after another, the girls continue the dreamlike tale, which unfolds like a “future history”, invisible to the protagonists.

Meanwhile, for the adults of the town things are different. Their “story” is forged from the realities of life, and from their past. The two stories progress side by side, never seeming to cross. And yet, within each story, similarities begin to emerge.

One day, a heavy rainstorm causes a landslide at the croquet pitch. The storm reveals a buried forest, preserved since the eruption of a volcano centuries ago.

By and by, the separate realms of dreams, stories, past, present and future all start to amalgamate, creating a fantasy world...

Original Title Umoregi - La forêt oubliée
German Title Der verborgene Wald - The Buried Forest
French Title La forêt oubliée
Other Titles Umoregi
Directed by Kohei OGURI
Country Japan
Available Formats 35mm
Screenplay Kohei Oguri, & Tsukasa Sasaki
Film Editing Nobuo Ogawa
Soundtrack aus
Cinematography Norio Teranuma
Sound Masato Yano
Décors Yoko Yoshinaga & Koichi Takeuchi
Production K.Oguri, C. Yamamoto, I.Sato, F. Sunaoka
Runtime 93 Min.
Language Japanisch/d/f
Actors
Karen Machi
Hiromitsu TOSAKA Tomo
Tadanobu Asano San-chan
Akira SAKATA der Fischhändler/le poissonnier
Taka OKUBO der Tofuhändler/le vendeur de Tofu
Sumiko Sakamoto Grossmütterchen Tomie/Mamie Tomie
Yuko TANAKA Machis Mutter/la mère de Machi
Mitsuru HIRATA Machis Vater/le père de Machi
Ittoku KISHIBE Marui, der Schreiner/le menuisier
Awards

Cannes, Quinzaine des réalisateurs
New Horizon
Chicago
Rome
Cardiff
Denver
Gijon
Tursak

«Landschaften der Vergangenheit, des Vergessenen und auch der Phantasie, deren Bäume in das Hier und Jetzt wachsen, beschränken sich in «Umoregi» nicht nur auf den mysteriösen Wald, sondern sind allgegenwärtig und atmen immer dann Tagesluft, wenn Menschen Geist und Seele dafür offen lassen. Die Unbefangenheit des Kindesalters ist in dieser Hinsicht ein besonders fruchtbarer Boden. Für ein Kinopublikum, das sich nicht vor einer assoziativ-atmosphärischen Erzählweise scheut, hält Oguri eine dichte Bilderwelt bereit, deren vordergründige Einfachheit oft erst bei näherer Betrachtung Tiefe verrät. Oft wiegt eine Randbemerkung zur Wirklichkeit stärker als die Wirklichkeit selbst.»

Till Brockmann, NZZ





Besonders faszinierend ist das titelgebende Motiv: Eines Tages entdecken die Stadtbewohner einen durch einen Vulkanausbruch zugeschütteten Wald unter dem Krocketfeld. Er wird freigelegt, und tief unten in der geheimnisvollen Düsternis feiert man zwischen schwarzen Baustämmen ein Fest. Ein andermal blicken Jugendliche aus dem dunklen Wald auf hell erleuchtete Figuren, die durch den Wald fliegen. Diese und andere Szenerien lassen an einen Traumzustand denken oder an eine phantastische, fremdartige Welt - und dies, obgleich sich reale Menschen in meist realen Settings aufhalten. Die aufgehellten Bildpartien oder das Dämmerlicht, das in seiner Unwirklichkeit an das Day-for-Night-Verfahren erinnert, ist nicht zuletzt auf die filmische Technik zurückzuführen: Mithilfe einer High-Definition-Kamera und digitaler Nachbearbeitung gelang es Kohei Oguri, den Bildern eine hohe Künstlichkeit zu verleihen.Wenn man sich vom Gedanken an gängige Erzählkonventionen löst und sich dieser Bilderwelt vollkommen hingibt, wird diese vibrierende Atmosphäre von enormer Intensität erst richtig erlebbar.

Andrea Lüthi, Cineman





Dans ce récit digne d'un conte de fées, les paysages japonais peuplent les silences et contribuent à la vision du monde simple et reposante du réalisateur Kohei Oguri. Un film émouvant et poétique qui met en avant les richesses immatérielles, à commencer par les pensées et les rêves.

Le Figaro



Dix ans après «L'Homme qui dort», le discret Kohei Oguri est de retour avec «Umoregi - La forêt oubliée». Le tableau impressionniste d'une bourgade de province entre traditions et modernité, réalité et imaginaire. Magique!.... Miracle d'un tournage en vidéo digitale haute définition, nouvel équipement dont le cinéaste a su tirer une texture d'image inédite. Le son, avec ses multiples voix off, ses musiques délicates (Arvo Pärt, entre autres) et ses silences, n'est pas moins travaillé. A l'évidence, il s'agit là d'un art poétique, mais pas aussi nostalgique et déconnecté qu'on pourrait le craindre. Plutôt une manière réaliste, pacifique et toujours émerveillée d'être au monde. Une manière résumée par ce «Viens, je vais te montrer un endroit que j'adore» de Tomo à Machi lors de leur escapade. Ou encore par ce simple «merci» autrefois prononcé par Machi à l'enterrement de son chien. Evoqué par sa mère lors d'une sortie au restaurant, il nous tire les larmes des yeux. Grandeur du cinéma lorsqu'il est réellement habité!

Le Temps



A l'instar du manga et de la littérature, le cinéma japonais a ceci de fascinant qu'il compte dans tous les genres, populaires ou non, des auteurs de talent. Des auteurs capables de continuellement remettre en cause la narration classique pour proposer un cinéma onirique, sensoriel, où ce sont les images plus que les dialogues qui font sens. Quelques mois après le délicieux et déroutant The Taste of Tea de Katsuhito Ishii - que l'on a ici découvert qu'en DVD -, Umoregi (sortie prévue dans les salles romandes en juin prochain) est un nouvel exemple, brillant, de ce cinéma libre et roboratif comme peuvent par exemple l'être les romans d'Haruki Murakami. Dans ce film de Kohei Oguri, le récit passe donc au second plan; seuls importent les personnages, les rapports qu'ils entretiennent et, évidemment, les images. Des images picturales proposées dans des plans agencés de manière architecturale et chromatique, eux-mêmes imbriqués dans des séquences qui s'admirent plus qu'elles ne se vivent. On est bien là dans un cinéma impressionniste qui ne se révèle pas totalement, un conte volontairement hermétique afin que le spectateur en retire ce qu'il souhaite. Un cinéma qui peut donc déstabiliser mais a au moins le mérite de ne pas laisser indifférent.

La Liberté



Chaque séquence, conçue comme une attraction atonale et autosuffisante, révèle un art constant du détail et de la composition. Et surtout une très belle texture: tourné en numérique, le film atteint une délicatesse rare sur ce support, inventant d'étonnantes coleurs-lampions, à la fois chaudes et étouffées. Elles couvent comme des feux sous la cendre, à l'image du scénario, amorçant de multiples récits qui resteront virtuels.

Cahiers Cinéma



Le film s'impose comme une version asiatique du sublime "Big Fish" de Tim Burton. Une célébration de l'imaginaire pleine d'invention.

Live



Oguri sait faire partager aux spectateurs son sens du mystère et de la beauté. Au fur et à mesure que l'histoire avance, la réalisation s'approche de l'oeuvre picturale et devient de plus en plus captivante, nourrie de poésie et de rêves, sans esthétisme artificiel. Bien accompagné musicalement, le film exalte l'accord entre l'homme et la nature, rappelle la valeur de ce passé conservé par les contes transmis à travers le temps et fait l'éloge de la fiction qui peut donner un sens à la vie. On sort de la projection ému, admiratif, heureux et apaisé.

Centre France



dossier_de_presse[fr] (377 kB)

epreuve_couleur[fr] (640 kB)

epreuve_nb[fr] (998 kB)

flyer (296 kB)

inserat_farbig[de] (640 kB)

inserat_sw[de] (998 kB)

mediendossier[de] (98 kB)

© COPYRIGHT

Texts as well as any visual and audio material on the website of the trigon-film foundation are intended for reporting on the respective film or the promotion of the theatrical release. The material is available free of charge only for reporting on the respective film or its promotion. Any other usage is forbidden through copyright and has to be discussed with trigon-film. Passing on the material to a third party in return for payment or for free is strictly prohibited. The copyright reference © trigon-film.org is mandatory. By using our material you accept our copyright regulations!

Shop