Alfonso est un vieux paysan qui revient au pays pour se porter au chevet de son fils malade. Il retrouve son ancienne maison, où vivent encore celle qui fut sa femme, sa belle-fille et son petit-fils. Il découvre un paysage apocalyptique. Le foyer est cerné par d'immenses plantations de cannes à sucre dont l’exploitation provoque une pluie de cendres continue. 17 ans après avoir abandonné les siens, Alfonso va tenter de retrouver sa place et de sauver sa famille.

Titre original La tierra y la sombra
Titre allemand Die Erde und der Schatten
Titre français La terre et l'ombre
Autres titres La terra e l'ombra
Réalisation César Augusto Acevedo
Pays Colombie
Formats DVD, DCP
Scénario César Augusto Acevedo
Montage Miguel Schverdfinger
Image Mateo Guzmán
Son Jean-Guy Veran
Equipment Marcela Gómez Montoya
Costumes Maria Camila Botero
Production Diana Bustamante Escobar
Durée 97 Min.
Langue Spanisch/f/e
Acteurs
José Felipe Cárdenas
Haimer Leal
Edison Raigosa
Hilda Ruiz
Marleyda Soto
Distinctions

Caméra d'Or, Cannes 2015

César Acevedo: «L’idée du film est venue d’une souffrance personnelle. Au moment de l’écriture du scénario, ma mère était décédée et mon père était un fantôme. Et étant donné mon incapacité à me construire des souvenirs, ils me semblaient perdus à jamais. C’est ainsi qu’est né le besoin de faire un film qui me permettrait de retrouver les deux personnes les plus importantes de ma vie, en utilisant le langage filmique. Cela m’a conduit à créer un microcosme constitué d’une petite maison et d’un arbre, où je pouvais en quelque sorte retrouver ceux que j’aimais tant. Je suis originaire de la région colombienne Valle del Cauca dont l’économie repose essentiellement sur l’industrie du sucre. Mon intention dès le départ était de parler de personnes meurtries par une idée paradoxale du progrès, qui a généré de nombreux problèmes sociaux, invisibles aux yeux de l’histoire. Étant donné que le récit se concentre sur le conflit familial, le plus important était de faire passer la distance physique et émotionnelle entre les personnages. J’avais besoin d’un stratagème pour qu’ils partagent les mêmes lieux et le même rythme, malgré le manque de communication entre eux. L’inconfort entraînerait alors la révélation progressive de ces passions et de ces émotions, chacun étant forcé de se confronter aux autres et au lieu qu’ils partagent.  C’est pourquoi l’utilisation des plans-séquences était incontournable. Ils permettaient de rendre l’enfermement physique et émotionnel des personnages plus palpable et de les inciter à agir. Nous souhaitions des images qui donneraient le sens du temps qui passe, afin de donner au spectateur l’opportunité de ressentir ce qu’il voit, sans s’en tenir uniquement à ce qui est visible. »

Dossier_de_presse (1548 kB)

© COPYRIGHT

Les textes ainsi que tout le matériel visuel et sonore fourni sur le site de la fondation trigon-film sont destinés à la rédaction d'articles promotionnels sur les films respectifs. Le matériel est mis gracieusement à disposition à des fins de rédaction d'articles promotionnels sur les différents films. Tout autre usage est défendu en vertu des dispositions sur le copyright et n'est pas possible sans accord écrit par trigon-film. Le partage - contre rémunération ou non - du matériel avec des tierces personnes est interdit. Le copyright © trigon-film.org est obligatoire. En utilisant notre matériel, vous acceptez les conditions relatives au copyright.